LNA Messieurs : le doublé pour le ZZ-Lancy !

Mission accomplie pour le CTT ZZ-Lancy ! Après avoir décroché la saison dernière leur premier titre de LNA de leur histoire, les Lancéens ont réussi à réaliser le doublé et conserver leur bien le 28 mai dernier.

Pour cette Superfinale qui se déroulait à la BBC Arena de Schaffhouse en ce week-end de l’Ascension, le ZZ-Lancy, qui avait terminé premier de la saison régulière, défiait son poursuivant au classement Lugano. Privés de Loïc Stoll et Yanick Taffé, tous les deux blessés, les Lancéens se présentaient avec leur leader Michel Martinez ainsi que Yoan Rebetez et Dorian Girod.

Dans une rencontre au meilleur des six matches gagnés, les Genevois entament leur première ronde en menant trois matches à zéro avec les victoires des joueurs lancéens (3-1 pour Michel et Yoan, 3-0 pour Dorian) qui lancèrent leur équipe de la meilleure des façons dans cette finale et ayant déjà la moitié du chemin de fait.

La deuxième ronde fut nettement plus disputée que la précédente mais tourna en faveur des tenants du titre qui menaient cinq matches à rien avec deux succès trois sets à un de Martinez et Rebetez. Dorian Girod se présenta alors pour la sixième rencontre avec la possibilité de boucler la partie.

Malheureusement pour lui, il dût s’incliner en trois manches et prolonger le semblant de suspense qu’il y avait autour du scénario de fin de cette finale. C’est donc lors de la rencontre suivante, à savoir le double, que la partie se termina avec un succès de la paire Martinez/Girod par trois manches à rien qui permit au ZZ de remporter son second titre consécutif de champion suisse de LNA !

La feuille de match détaillée

A noter que dans le même temps, la Superfinale de LNA Dames a vu Neuhausen, organisateur de l’événement pour l’occasion, s’imposer 6-0 face à Rapid-Lucerne et conserver également son titre.

La feuille de match détaillée

 

A noter qu’à l’occasion de ce nouveau titre, Dorian Girod a été reçu sur le plateau de Leman Bleu. Une entrevue à retrouver ici.

Crédits photo : René Zwald

Ecrit par:

Partenaire

Menu